Ici siègent l'Archidiocèse métropolitain de Besançon (paroisses : Dole, Luxeuil, Poligny, Pontarlier et Vesoul)
, les Diocèses suffragants de Lausanne (paroisses : Fribourg, Grandson et Solothurn) et de Toul (paroisses: Epinal,Nancy,Toul,Vaudemont)
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RP] Affaire Franchesco Galli de Sparte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Riese

avatar

Nombre de messages : 78
Age : 35
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: [RP] Affaire Franchesco Galli de Sparte   Mer 20 Jan - 15:38

Et encore un courrier. Et encore une convocation. A croire qu'il avait oublié son amour des canards pour venir l'enquiquiner elle. Il avait décider de lui prendre tout son temps libre ? Elle devra approfondir ce sujet. Pas que mais les hommes d'église cela n'a jamais été sa tasse de thé.
Bon là, elle venait pas pour une messe bien pour affaire très sérieuse qui avait fait pas mal de bruits déjà dans les couloirs de la Hérauderie.

Elle se présenta donc directement à la porte du bureau de l'Archevêque vu qu'elle avait encore la possibilité de rentrer dans ce lieu saint. Elle toqua et attendit qu'on lui dise d'entrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Franchesco

avatar

Nombre de messages : 23
Age : 25
Localisation : Poligny
Date d'inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: [RP] Affaire Franchesco Galli de Sparte   Jeu 21 Jan - 4:51

Accompagné par un modeste cordelier qui semblait lui indiquer le chemin, Franchesco remonta à pas lents le long couloir conduisant au dit bureau. Sa démarche était plutôt rigide et il regardait droit devant lui, ce qui lui conférait un air très déterminé et confiant. Au fur et à mesure qu'il se rapprochait, il distinguait le corps d'une personne, visiblement en train de patienter à la porte de l'archevêque.

Peu à peu, cette silhouette se dessinait ; Ce corps que Franchesco avait d'abord, et de loin, pris pour celui d'un homme semblait maintenant être celui d'une femme, relativement élégante. Sa tenue laissait penser qu'elle était, sans doute, de la noblesse, en tout cas on ne pouvait douter que c'était une femme dont les épaules portaient le poids de responsabilités. Fronçant un instant le front, l'air intrigué, Franchesco continuait de remonter le couloir, impassible, chacun de ses pas raisonnant contre le carreau dur et immaculé.

Lorsqu'il fut à quelques pas de la porte du bureau, Franchesco fit un signe discret au cordelier, un léger mouvement de main vers son oreille, pour inviter l'écclésiastique à rapprocher son visage du sien afin de s'adresser à lui secrètement. Dans un élan de bon service, le cordelier s'éxécuta aussitôt.
"Toujours si naïf" pensa tendrement Franchesco.

- Je devrais pouvoir trouver l'office maintenant... déclara Franchesco à voix basse. Mais il y a bien un autre service que vous pouvez me rendre, mon brave ! Pourriez-vous revenir rapidement en l'office de l'archevêque avec le registre archidiocesain ? J'ai une ligne à faire valoir !

Acquiesçant sans dire mot, l'homme en soutane fit un prompt demi-tour et s'en alla, sans doute, récupérer le fameux registre. Franchesco parcourut donc seul les dernièrs mètres le séparant de la porte du bureau. Plus il approchait de cette femme, plus elle lui semblait familière. L'avait-il fréquenté un temps ? Avait-elle été sa maitresse ou peut-être une collaboratrice ? Une consoeur cotoyée à l'armée ? L'allure de Franchesco se fit plus lente et le bruit de ses pas plus léger ; Il commençait à se perdre dans ses souvenirs à la recherche de l'identité de cette femme qui l'intriguait.

Un bruit sourd le ramena au couloir. La femme venait d'ouvrir la porte du bureau et en passer le cadre. Sans doute l'archevêque l'avait-il enfin autorisé à entrer. Franchesco pressa le pas et atteint au dernier moment la porte qui allait être refermée. Il la rouvrit vivement et entra quelques secondes après la femme. Nezrouge lui avait dit qu'il serait attendu, aussi Franchesco se permit d'entrer ainsi en l'office. Après tout, c'était son rendez-vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Franchesco

avatar

Nombre de messages : 23
Age : 25
Localisation : Poligny
Date d'inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: [RP] Affaire Franchesco Galli de Sparte   Lun 25 Jan - 4:39

Une fois entrés dans le bureau, les deux visiteurs se virent proposer un siège par l'archevêque. Pour sa part, Franchesco accepta avec plaisir et après les salutations d'usages s'installa confortablement dans un fauteuil.

Alors qu'il allait prendre la parole, on frappa de nouveau à la porte. C'était le cordelier ; Il ramenait le registre dont Franchesco avait besoin. Remerciant l'homme d'église, Franchesco feuilleta rapidement le registre, pendant que Riese et L'archevêque échangeait quelques banalités. Puis il déposa le registre, ouvert à la page F sur le bureau de l'archevêque et attendit que ces deux interlocuteurs terminent leur échange pour s'adresser à eux.


Monseigneur, vous vous doutez sans doute de l'objet de ma visite, j'imagine que vous en avez été prévenu par courrier, n'est-ce pas ?

Se tournant vers Riese avant de revenir vers l'archevêque.

C'est un long processus dans lequel je m'engage et j'aimerai lancer la machine dès maintenant. A travers vous, c'est l'inquisition qui doit être saisie afin que mon cas reçoive l'attention qu'il nécessite... Et au plus vite, voyez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riese

avatar

Nombre de messages : 78
Age : 35
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Affaire Franchesco Galli de Sparte   Mer 27 Jan - 13:19

Riese ne comprit pas trop ce qui se passa. Elle attendait que ce cureton de malheur lui ouvre la porte. Elle avait laissé du coup son regard vagabondé sur les alentours. Elle avait remarqué que comme dans beaucoup d'endroits, une vision sur un jardin d'intérieur était faite. Elle allait donc se posait et admiré ce lieu entretenu quand une personne au loin arriva. Son allure ne lui disait rien. Surement une autre personne qui devait rencontrer le cureton qui la faisait attendre. Elle croisa ses bras pour se protéger du froid hivernal. Referma son mantel un peu plus et soupira en laissant échapper un léger nuage de vapeur. Elle sourit, cela la faisait toujours sourire de voir cette réaction.

Elle remarqua que l'homme en fait avait lui aussi "rencard" comme elle avec le cureton mais en même temps qu'elle au final. Elle l'observa avec plus d'attention. Le connaissait elle ? Sa mémoire ne voulait pas trouver qui il était. Sa mémoire refusait de lui faire avoir ce fameux déclic qui vous permettait de ne pas passer pour un idiot quand la personne vous salue "Hey c'est moi tu te souviens ?" et là désespérément le néant... Que cela est gênant.

La porte s'ouvrit mais pas de cureton. On les invita à pénétrer dans le bureau en attendant. Elle sourit et passa en première dans la pièce. Se posta dans un coin pour observer le tout et chercher qui il était. Franchesco était donc là. Face à elle. Elle l'avait côtoyé. Mais sa disparition remontée a tellement longtemps. L'eau avait tellement coulé sous les ponts. Et il avait changé. Elle aussi assurément. Le temps n'épargne personne. Ses iris topaze se posèrent sur lui. Regarda chaque détail de son visage, de son corps. Le militaire qu'elle avait connu n'était plus que l'ombre de lui-même, ce jour, face à elle.

Il n'échangea aucun mot avec elle. Il attendait la personne qui l'accompagnait peu de temps avant. Il réapparut avec un registre et il s'empressa de montrer son nom. Elle se mit sur la pointe des pieds pour voir... Son nom sur le registre des baptisés... Oui et ?

Riese se retient de crier : "mais tu es censé être mort. Enterré. Sous terre. Que fais-tu ici? Là face à moi? Nous? Ou étais tu si tu n'es pas celui mis en terre?" Tant de questions. Impossible de crier. Impossible de dire que tout cela n'est que foutaises et mensonges.

Exposé son baptême, le processus dans lequel il s'engage. Long... Périlleux... et peut-être même plus risqué qu'autre chose... Pourquoi là et maintenant? La blonde maréchale ne comprendrait jamais l'être humain. Cette faculté à vouloir montrer un entêtement pour des fois ne rien avoir qu'un cuisant échec. Son rôle ici était de voir s'il était celui qu'il disait être. Écouter son histoire de "fou" et voir ce qu'en dirait l'inquisition.

Elle se détourna de tout ce petit monde et se posta devant la fenêtre et dit simplement.


Attendons la réponse de l'inquisition dans ce cas. Et ceux avant toute chose.


Dernière édition par Riese le Sam 30 Jan - 16:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Franchesco

avatar

Nombre de messages : 23
Age : 25
Localisation : Poligny
Date d'inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: [RP] Affaire Franchesco Galli de Sparte   Jeu 28 Jan - 5:48

Code:
"L'ombre de lui-même", comme tu y vas !   Tu le juges bien vite.

Alors que l'Archevêque s'était absenté depuis un bon moment maintenant, Franchesco se retrouvait seul avec Riese dans le bureau. Enfoncé dans le font de son fauteuil, son regard vagabondait d'un coin à l'autre de l'office, s'attardant tantôt sur une peinture, tantôt sur une rayure dans le bois du bureau.

A l'évidence, son esprit était ailleurs.
Comme dans le couloir, il n'était plus à considérer l'univers immédiat qui l'entourait ; Il était en pleine introspection, en pleine réflexion intense quant à son devenir. Il venait de poser les premières pierres de l'avenir qu'il espérait bâtir mais sa situation, plus que précaire, le contrariait au plus haut point. Alors qu'il avait des tonnes de projets en tête, il était bloqué là, à attendre qu'un inquisiteur veuille bien sortir de sa léthargie. Après ça, il aurait encore à affronter l'administration héraldique... Tout cela sans garantie aucune de succès.

Dans un soupire, l'homme laissa échapper :
"Alea jacta est."

Certes, Franchesco n'avait pas choisit la voie la plus simple en s'engageant dans ce processus administratif. Mais, loin d'être l'ombre de lui même, il n'avait pas peur des défis. Par le passé, il avait eu à en relever plus d'un ; Jamais il n'avait rendu les armes sans combattre !
Bien que l'âge ait passé, bien que le corps ait changé, Franchesco restait le même combattant qu'il avait toujours été.

On avait voulu lui nuire en s'en prenant à ses intérêts et il comptait bien ne pas se laisser faire. Durant ces dernières années, la vie de Franchesco avait été bien loin de celle qu'il connaissait jadis. Il eut à se dépasser chaque jour toujours plus pour gagner sa chance à nouveau, retrouver la liberté qu'on lui avait confisquée.

Aujourd'hui, cette vie de combat se reflète sur le visage et le corps de l'homme. Le corps, lui, vieillit, s'enlaidit et parfois, finit par faire défaut. Mais le mental d'un battant, lui, le mental d'un battant n'est jamais aussi fort que lorsqu'il passe six ans dos au mur et doit lutter pour reprendre sa vie en main.


Attendons la réponse de l'inquisition dans ce cas. Et ceux avant toute chose.

A cette assertion, les pupilles de Franchesco -qui étaient totalement dilatées- se rétractèrent immédiatement. L'homme eut l'air hébété un très bref instant puis il tourna la tête vers Riese qui se tenait debout, immobile devant une maigre fenêtre.

Si il n'était parvenu à reconnaître la Franc-Maréchal lorsqu'il remontait le couloir, ni même lorsqu'ils entrèrent ensemble dans le bureau, le son de cette voix raisonna en lui contre une myriades de vieux souvenirs. L'homme, se redressa dans son fauteuil et timidement déclara :


Riese ?... ... Comment n'ai-je pu te reconnaître plus tôt ? Le visage de Franchesco exprimait une joie sincère, presque aussi innocente que la serait celle d'un enfant. Puis, le ton inquiet il ajouta : Tu... tu te souviens de moi, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riese

avatar

Nombre de messages : 78
Age : 35
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Affaire Franchesco Galli de Sparte   Sam 30 Jan - 16:11

La blonde tourna doucement sa tête vers lui. Ces questions étaient comme un appel au secours. Enfin, elle en avait cette impression. Elle le regarda, l'observa, tout en essayant de comprendre ce qui avait pu lui arriver tout ce temps.
Elle se souvient encore de la tristesse de Dina suite à sa disparition. Ce souvenir était gravé à jamais dans sa mémoire. Le voir ici, là face à elle était un sentiment étrange. Un je-ne-sais-quoi lui avait de suite mis la puce à l'oreille. Elle ne saurait dire quoi mais oui elle l'avait reconnu.
Elle n'ose plus trop réfléchir à la chose mais oui elle savait qui était là face à elle.

Sans répondre de suite, elle reporta son regard vers l'extérieur. Laissa son esprit faire le tri dans ces souvenirs. Sa voix avait fait revenir de lointains souvenirs. Un temps où la vie était autre, un temps où les mentalités étaient autres. Elle croisa ces bras et répondit simplement.


Oui Franchesco, je me souviens de toi... Je me souviens de ce temps fort lointain où tu étais le Capitaine de la Franche-Comté et où j'ai été un de tes lieutenants. Un temps révolu depuis des années. J'espère que tu en as conscience?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Franchesco

avatar

Nombre de messages : 23
Age : 25
Localisation : Poligny
Date d'inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: [RP] Affaire Franchesco Galli de Sparte   Sam 30 Jan - 16:58

Oui Franchesco, je me souviens de toi... Je me souviens de ce temps fort lointain où tu étais le Capitaine de la Franche-Comté et où j'ai été un de tes lieutenants.

Entendant ces mots, la joie que trahissait le visage de Franchesco redoubla d'intensité. L'homme savoura ce moment qui revêtait pour lui un teint d'espoir. Il avait là la preuve qu'il n'avait pas été oublié malgré son absence et mieux encore, la preuve qu'on pouvait le reconnaitre. C'était la première étape d'une revanche sur le sort qui venait là de se concrétiser. A ses tortionaires, Franchesco pouvait maintenant repenser en sachant qu'ils ne l'avaient pas détruits, qu'ils ne l'avaient pas rendu insignifiant. Cet instant de flottement, qui ne dura en fait qu'un couple de secondes, paru une éternité à l'homme enjoué. Le regard plongé dans le vague, l'esprit de Franchesco s'envolait vers les avenirs les plus radieux envisageables.

Malheuresement, Franchesco fut sévèrement rappellé à la réalité et son âme s'écrasa contre les faits avec autant de force qu'elle s'en était échappée.


Un temps révolu depuis des années. J'espère que tu en as conscience ?

Les sourcils de l'homme se plissèrent, entrainant son front avec eux et la joie s'estompa lentement de son visage pour laisser place à la perplexité. Bien sur, beaucoup de choses s'étaient passées. Bien sur, le monde avec lequel il renouait n'était plus le même. Mais jamais encore, Franchesco n'avait été confronté à cette vérité de façon aussi brutale. A cet instant, il ne pouvait plus nier, plus se mentir : Si ce monde avait bien été le sien un temps, il lui appartenait maintenant d'y regagner sa place.

L'homme baissa les yeux un temps, grimaçant, puis il releva vivement la tête après un long soupir.


Tu as raison Riese... Et j'en prends conscience. déclara-t-il sur un ton solennelle, puis il ajouta sûr de lui.

Mais, ce ; ce monde, reprit-il en illustrant son propos d'un doigt pointé, je lui appartiens. J'y ai ma place et je compte bien l'y occuper. Tu aura tout loisir d'entendre les déboires que j'ai eu à endurer lorsque je devrais les exposer devant l'inquisition. Le sens de tout ça est précisémment que je suis de ce monde, de votre monde. J'y ai posé des pierres il y a bien longtemps, des fondations solides sur lesquelles je vais maintenant bâtir demain !

Visiblement déterminé, Franchesco laissa calmement retomber sa main sur sa jambe.  D'un geste, il invita Riese à s'assoir et posa son regard sur le bureau, désespéremment vide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riese

avatar

Nombre de messages : 78
Age : 35
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Affaire Franchesco Galli de Sparte   Dim 31 Jan - 6:06

Tu as raison Riese...

Pas de doute, la voix est la sienne et rien ne pourra lui faire dire le contraire. Le physique est différent ce qui est un tant soit peu logique au terme de six années d'absence. Quelque chose a dû se produire pour en modifier le timbre, un léger changement. Cependant, cela ne change rien, la blonde voit en cet homme barbu et assis là à attendre que l'inquisition le "juge" le frère de sa marraine, de sa suzeraine, le capitaine réputé de la Franche Comte, son patron fût un temps. Franchesco Galli.

Une vague de souvenir vient la frapper de plein fouet. Elle se revoit jeune et insouciante au sein des rangs de l'armée à faire ces classes, à suivre son frère pour essayer de devenir une guerrière aguerrie comme lui. Elle se revoie gravir les échelons. Finir Lieutenant d'une des OST et aider les différents capitaines. Franchesco en fut un. Celui qui lui avait laissé un bon souvenir. Elle jeune recrue face à ce Capitaine. Ce temps est révolu. Passé. Mort. Un souvenir. Un souvenir qu'elle oublie de plus en plus trop préoccupé par sa vie entre la noblesse et la hérauderie, entre le parlement et la noblesse. D'ailleurs, elle observait ces combats de "maternelles" et se désespérait de plus en plus.


Ce monde, je lui appartiens

La réalité refit surface, rapidement, radicalement. Il était là, à débattre du monde. Il appartient à ce monde. Oui mais il va devoir le prouver et fermement. Ce n'est pas son petit "oui je le reconnais et je sais qui il est" qui pourra faire un poids face à l'inquisition. Faire partie de ce monde... oui et comment? Pourquoi revenir là et maintenant? Ce monde que tu veux redécouvrir...
Elle se retourna vivement et le regarda. La colère avait peut-être eu raison de son calme et de sa lassitude.


Ce monde ? Sérieusement, tu veux qu'on en parle de ce monde. Je ne pense pas que je sois la mieux placée mais ce monde n'est plus ce que tu as connu. Il a évolué mais pas dans le sens où tu as l'espérer au temps jadis.

Tes pierres fondatrices sont enfouies sous un amas de boue. La politique que tu as tant combattue n'est aujourd'hui ouvertement que magouilles et coup bas. Oh bien sûr cela à toujours existé. Mais aujourd'hui, aucun ne se cache.
Et l'armée... Ah l'armée mais parlons-en. Toi qui étais un des plus valeureux Capitaines de la Franche-Comté, sache qu'aujourd'hui elle n'est plus rien.

Tu es vraiment sûre de vouloir revenir dans ce monde?


Un soupir, un haussement d'épaules, un refus à son invitation. La tête se retourna vers la fenêtre et une larme coula sans qu'il l'a voit...


Je ferai mon travail et je ferai ce qu'il sera bon de faire pour toi. On dira en souvenir du bon vieux temps. Mais, je ne comprends pas pourquoi tu reviens, ici et maintenant? Après tout ce temps. Tu aurais pu l'aider plutôt ce monde dont tu veux bâtir l'avenir.

Sa voix se fit calme et posée. La colère n'avait pas raison d'être. Elle ne pouvait lui en vouloir. Après tout, elle-même depuis des mois guettait le moment où elle pourrait au final disparaitre d'ici. De ce monde, pas forcément ... mais d'ici, cela est certain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Franchesco

avatar

Nombre de messages : 23
Age : 25
Localisation : Poligny
Date d'inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: [RP] Affaire Franchesco Galli de Sparte   Dim 31 Jan - 7:07

Se renfonçant dans son fauteuil, Franchesco resta muet un temps, méditatif. Il avait bien senti une pointe de colère dans la voix de Riese et il ne voulait pas en être le sujet. Il jugea bon de laisser cette émotion redescendre quelque peu avant de répondre. Frottant son menton de la main gauche, jouant avec sa barbe, Franchesco s'imagina que Riese apprécierait sans doute un moment de calme, seule face à cette fenêtre qu'elle semblait tant chérir malgré les sièges confortables du cabinet.

Il l'avait bien compris, le combat qu'il allait avoir très prochainement à mener ne serait pas aisé et il reçu avec bienveillance la mise en garde de Riese qui avait l'air de lui parler franchement. Il lui était reconnaissant de cela, reconnaissant de ne pas déguiser sa pensée et de lui dire sans détour ce qu'elle pensait.


Si je suis sûr de vouloir revenir ? Répéta-t-il avant de se lever de son fauteuil en prenant appui sur les deux accoudoirs.

Riese n'avait pas voulu se rapprocher, c'est donc lui qui le ferait. Tout en reprenant la parole, il fit quelques pas, lents mais précis, vers elle. Il s'arrêta à deux pas d'elle, dans son dos, et croisa les mains dans le sien.


Bien sur que je le veux !

Allons, crois-tu que nous serions ici sans que je ne sois motivé ? Crois-tu que j'aurai mis toute cette machine administrative en marche sans volonté profonde ?


Marquant une petite pause, il fit un pas de plus vers Riese et regarda lui aussi par la même fenêtre.

Cette boue dont tu parles, tu sais comme moi qu'elle a toujours été là. Tu connais la vie parlementaire de la Franche-Comté depuis longtemps et tu as vu plus de conseils se succéder que je n'en ai eu l'occasion moi-même. Je n'ai aucune réserve, je te crois de bout en bout quand tu me dis que la situation a sans doute empirée.

En suis-je surpris ?
Demanda-t-il dans une démarche proprement rhétorique. Non, évidemment.

Posant amicalement sa main sur l'épaule de Riese lorsque cette dernière les haussa, il ajouta :

Je sais que l'Armée va mal autant que tu sais à quel point elle m'est chère. Je compte bien faire ce qui est en mon pouvoir pour la sauver. Après tout, c'est bien là mon premier domaine d'expertise. Elle peut être sauvée, elle l'a déjà été. Si tu veux mon avis, le problème est vieux et il remonte loin, très loin. J'accuse la réforme qui en fut faite le mandat succédant mon mandat de Franc-Comte. Nous venions de terminer la révision du code militaire sous mon impulsion et avec le participation non négligeable de l'état-major d'alors. Une réforme qui trainait depuis six mois.

Retirant sa main, soucieux de rester courtois, il continua :

A peine terminée, cette réfome, souhaitée et encensée par le corps militaires, les militaires de carrières, les vrais ; Cette réforme fut balayée d'un revers de bras condescendant par des politiciens qui n'avaient jamais combattu et qui voyaient l'armée comme un simple organe sécuritaire et non comme un organe vivant. C'est eux qui ont alors retirer le souffle de vie que s'évertuaient à maintenir les militaires les plus impliqués.

Aujourd'hui je vois bien que l'Armée Comtoise est laissée en parent pauvre au profit des armées impériales. Comment, pourquoi ? Les vrais militaires ont abandonné le combat. Je ne jette pas la pierre, j'ai été hors de la course assez longtemps, on pourrait avec raison me dire que j'ai, moi aussi, abandonner le combat.


Tournant son regard de la fenêtre au visage de Riese, il partagea avec elle un soupir et un moment de silence.

Cela veut-il dire que la cause est perdue ? Non ! Affirma-t-il fort.
La boue ne me fait pas peur. Tu dis que les pierres que j'ai posé sont enfouies ; je réponds qu'il est de ma responsabilité des les dégager. Je vais retrousser mes manches et, crois-moi, elles referont surface en temps et en heure.

Seulement, pour le moment, le temps est à l'inquisition.
Conclut-il sur un ton d'impatience.

Je ferai mon travail et je ferai ce qu'il sera bon de faire pour toi. On dira en souvenir du bon vieux temps. Mais, je ne comprends pas pourquoi tu reviens, ici et maintenant? Après tout ce temps. Tu aurais pu l'aider plutôt ce monde dont tu veux bâtir l'avenir.

Plus calme, Franchesco répondit : Et je te remercie pour cela Riese. Si tu ne comprends pas, fais moi confiance, simplement. Je ne sais pas l'expliquer, ce sentiment dont je te parlais ; celui d'appartenir à ce monde, il me transcende, comprends-tu ? C'est ma place, je le sais au plus profond de mon être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riese

avatar

Nombre de messages : 78
Age : 35
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: [RP] Affaire Franchesco Galli de Sparte   Dim 31 Jan - 8:11

Du coin de l'oeil, elle remarqua qu'il bougea. Il se lève de son fauteuil et se dirige vers elle. Elle ne bougea pas et attendit de voir ce qu'il allait bien pouvoir lui dire de plus.
Quelle idée mais quelle idée... Elle l'écouta dire qu'il était motivé. Du courage et de la motivation sûre qu'il lui en faudra.
Il était là, dans son dos à lui souffler ce qu'elle savait déjà.


Cette boue dont tu parles, tu sais comme moi qu'elle a toujours été là. Tu connais la vie parlementaire de la Franche-Comté depuis longtemps et tu as vu plus de conseils se succéder que je n'en ai eu l'occasion moi-même. Je n'ai aucune réserve, je te crois de bout en bout quand tu me dis que la situation a sans doute empirée.


Sa tête hocha simplement en un oui silencieux. Puis, elle sentit une chaleur provenir de son épaule. Un sursaut dans un premier temps à ce contact. Puis, une chaleur diffuse, une sensation étrange. Un geste qu'on n'avait pas eu à son encontre depuis ... tout ça quoi. Sa main posée sur son épaule, ce contact léger de sa paume sur le tissu de sa robe. Un geste amical, courtois. Un geste anondin qui l'a mit mal à l'aise rapidement. Le seul qui posait sa main sur son épaule ainsi était son gardien pour lui dire qu'il était temps de faire ceci ou alors quand elle discutait avec Elvyna. Mais ainsi, non. Heureusement, il la retira aussi rapidement qu'il ne l'avait pas posé. Il enchaina sur l'armée et les réformes qui eurent raison de cette dernière. Il voulait la sauver, elle dit doucement

Grand bien te fasse.

Elle avait du mal avec la proximité ce qui l'empêchait de se concentrer sur la conversation. La solitude pour seule amie, voilà ce qui lui convenait. Elle se détourna de la fenêtre pour mettre de la distance entre eux et écouter. Une telle envie de revenir, une telle envie de revanche de montrer au monde qu'il est là. Le feu dans son discours, depuis combien de temps, elle-même n'avait pas ressenti l'envie de se battre ainsi pour une chose qu'on pense juste. Depuis bien fort longtemps.

Tu n'as pas plus de responsabilité que n'importe quel autre comtois pour retirer la boue des fondations de la province. Nous sommes tous un peu responsable d'avoir fait de la FC, ce qu'elle est aujourd'hui. Une province où la vie est différente de ce que tu as connu et quitté, perdu, comme tu veux.

Elle le regarda intésément et étira doucement ses lips en disant

Je ne comprends pas ou ne veux pas mais un jour peut-être que je comprendrai ton combat de ce jour. J'avoue que je suis pour ma part lasse de voir ce qu'il se dit ou fait chaque jour. Tout est résumé d'ânerie ou querelles de cour de récréation. Les nobles, les parlementaires et autres tous sont là à se chamailler pour la moindre chose même celles sans importance. Je te souhaite bien du courage de vouloir relever tes manches pour aider ce système.
J'espère que tu pourras le faire et que l'inquisition rendra son jugement rapidement.


Une image fugace lui fit avoir un petit rire.

Parce que te voir à genoux en train de brasser la boue, je pense que cela doit valoir le détour... en tout cas, je viens d'imaginer la scène et comment dire ... Elle se tut et rit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Affaire Franchesco Galli de Sparte   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Affaire Franchesco Galli de Sparte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
» Haïti-Justice : L’affaire des 200 enfants empoisonnés bientô
» Interdiction de depart dans le cadre de l'affaire Socabank
» Le rapport sur l'affaire de drogue a Tiburon disponible...
» Rebondissement dans l'affaire du meurtre Jean Dominique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Province de Besançon :: L'archidiocèse de Besançon :: Archidiocèse de Besançon :: Palais métropolitain de Besançon :: Bureau d'Archevêque-
Sauter vers: